Reporting the underreported threat of nuclear weapens and efforts by those striving for a nuclear free world.

A project of The Non-Profit International Press Syndicate Group with IDN as flagship agency in partnership with Soka Gakkai International in consultative
status 
with ECOSOC.

 

ICAN promeut avec succès l'interdiction des armes nucléaires en Afrique

Par Jaya Ramachandran

GENÈVE (IDN) - Lauréat du prix Nobel de la paix 2017, la Campagne internationale pour l'abolition des armes nucléaires (ICAN) et ses organisations partenaires mènent des activités à travers l'Afrique pour promouvoir l'adhésion au Traité sur l'interdiction des armes nucléaires (TPNW) et sensibiliser à la grave menace que les armes nucléaires font peser sur toute l'humanité.

Le TPNW comprend un ensemble complet d'interdictions de participer à toute activité liée aux armes nucléaires. Il s'agit d'engagements à ne pas développer, tester, produire, acquérir, posséder, stocker, utiliser ou menacer d'utiliser des armes nucléaires.

Le traité interdit également le déploiement d'armes nucléaires sur le territoire national et la fourniture d'une assistance à tout État dans la conduite d'activités interdites.

Les États parties seront tenus de prévenir et de réprimer toute activité interdite par le TPNW entreprise par des personnes ou sur un territoire sous leur juridiction ou leur contrôle.

Le Traité oblige également les États parties à fournir une assistance adéquate aux personnes touchées par l'utilisation ou l'essai d'armes nucléaires, ainsi qu'à prendre les mesures nécessaires et appropriées de remise en état de l'environnement dans les zones placées sous leur juridiction ou leur contrôle et contaminées par suite d'activités liées à l'essai ou à l'utilisation d'armes nucléaires.

L'ICAN, une coalition d'organisations non gouvernementales de 104 pays, a joué un rôle crucial dans l'adoption du traité par un vote de 122 États en faveur, avec un vote contre et une abstention aux Nations unies à New York le 7 juillet 2017. Quarante-deux d'entre eux étaient des États africains.

Il a été ouvert à la signature par le Secrétaire général de l'ONU le 20 septembre 2017. Après le dépôt auprès du Secrétaire général du 50e instrument de ratification ou d'adhésion du traité le 24 octobre 2020,

Depuis lors, les 54 États africains ont exprimé leur soutien à ce traité historique devant l'Assemblée générale des Nations unies, et nombre d'entre eux l'ont signé et ratifié (voir la liste ici), tandis que plusieurs sont en passe de devenir des États parties.

Les organisations avec lesquelles l'ICAN mène des activités régionales sont l'Union africaine, AFCONE et la CEDEAO.

En avril 2019, le Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine a tenu une réunion sur le TPNW, et l'ICAN a été invité à informer l'organe de 15 membres. En mars 2022, la Commission de l'UA, en partenariat avec l'ICAN, a organisé une réunion "pour promouvoir l'universalisation du TPNW en Afrique", au cours de laquelle des représentants gouvernementaux des États membres de l'UA ont échangé leurs points de vue.

Ils ont rappelé le rôle de premier plan joué par les États africains dans la négociation, l'adoption et la promotion du TPNW, ainsi que la synergie du traité avec d'autres priorités et instruments régionaux, notamment le traité sur une zone exempte d'armes nucléaires en Afrique (le "traité de Pelindaba").

Le traité porte le nom du principal centre de recherche nucléaire d'Afrique du Sud, géré par la South African Nuclear Energy Corporation. C'est là que les bombes atomiques sud-africaines des années 1970 ont été développées, construites puis stockées. Le traité de Pelindaba a été signé en 1996 et est entré en vigueur avec la 28e ratification le 15 juillet 2009.

Le Traité interdit la recherche, le développement, la fabrication, le stockage, l'acquisition, l'essai, la possession, le contrôle ou le stationnement de dispositifs nucléaires explosifs sur le territoire des parties au Traité et le déversement de déchets radioactifs dans la zone africaine par les parties au Traité.

L'accord de Pelindaba interdit également toute attaque contre les installations nucléaires de la zone par les parties au traité et leur impose de maintenir les normes les plus élevées de protection physique des matières, installations et équipements nucléaires, qui doivent être utilisés exclusivement à des fins pacifiques.

Le traité exige de toutes les parties qu'elles appliquent les garanties intégrales de l'Agence internationale de l'énergie atomique à toutes leurs activités nucléaires pacifiques. Un mécanisme de vérification du respect du traité, comprenant la création de la Commission africaine de l'énergie nucléaire (AFCONE), a été établi par le traité. Son bureau sera situé en Afrique du Sud.

L'ICAN a coopéré avec l'AFCONE pour faire avancer le désarmement nucléaire. En octobre 2021, une délégation de l'ICAN a assisté à la cinquième conférence des États parties au traité sur la zone exempte d'armes nucléaires en Afrique, à Johannesburg, en Afrique du Sud.

L'ICAN et ses organisations partenaires en Afrique de l'Ouest se sont engagées auprès de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) depuis 2019. En décembre 2021, suite au plaidoyer de l'ICAN, le parlement de la CEDEAO a exprimé son soutien au TPNW et a encouragé les membres de la CEDEAO qui ne l'ont pas encore fait à devenir parties au traité.

Par ailleurs, l'ICAN a mené des activités visant à promouvoir l'adhésion au TPNW et à sensibiliser les populations à la grave menace que les armes nucléaires font peser sur l'humanité tout entière au niveau national dans 24 pays africains.

Il s'agit de : Afrique du Sud, Angola, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Comores, Éthiopie, Ghana, Kenya, Malawi, Mali, Maurice, Mozambique, Nigeria, Ouganda, République centrafricaine, République démocratique du Congo, Rwanda, Sénégal, Sierra Leone, Tchad, Soudan du Sud, Togo et Zimbabwe.

En 2017, 42 États africains ont voté en faveur de l'adoption du traité. Depuis, 29 États africains l'ont signé et 12 l'ont désormais ratifié. Le Congo est le premier État d'Afrique centrale à ratifier le TPNW.

Monsieur Jean-Claude Gakosso, ministre des Affaires étrangères, de la Francophonie et des Congolais de l'étranger de la République du Congo a signé le TPNW le 20 septembre 2017, lors de son ouverture à la signature, lors d'une cérémonie de haut niveau à New York.

La ratification par le Congo le 12 mai 2022 est considérée comme un témoignage de la position ferme de l'Afrique selon laquelle une action multilatérale sur le désarmement nucléaire est plus nécessaire et urgente que jamais, et qu'il est de la responsabilité de tous les États de mener à l'élimination de ces armes horribles.

"La ratification du Traité d'interdiction des armes nucléaires vaut son pesant d'or et nous rappelle que la paix et la sécurité internationales sont à ce prix", a déclaré Isidore Mvouba, président de l'Assemblée nationale congolaise, en février 2022.

En effet, les conséquences de toute utilisation d'armes nucléaires, où que ce soit, seraient désastreuses, partout, entraînant la mort, la destruction, le changement climatique, la famine et la crise des réfugiés qui s'ensuivrait et qui se propagerait à travers l'Afrique et le monde, menaçant la survie même de l'humanité.

"Le Congo, en ratifiant le TPNW, vient d'apporter une contribution majeure à la santé publique mondiale. L'utilisation d'armes nucléaires aurait des conséquences sanitaires dévastatrices pendant des années. Il est important que les pays qui n'ont pas encore signé et ratifié le TPNW suivent l'exemple du Congo pour un monde sûr et sain", a déclaré Georges Batala-Mpondo de l'Association congolaise pour la santé publique et communautaire (ACSPC), partenaire congolais d'ICAN. [IDN-InDepthNews - 19 mai 2022]

Photo: Concert du prix Nobel de la paix 2017 de l'ICAN. Crédit : Ralf Schlesener